samedi 7 octobre 2017

Du boulot et de la société

Aujourd'hui, je voudrais prendre un fusil sniper et buter Macron. Pas parce que c'est Emmanuel Macron mais parce qu'il représente une partie de ce qui ne va pas dans notre société.
Je vous avertis tout de suite, j'ai bu et je suis déprimée.

J'ai commencé un job lundi dernier et j'ai eu une rupture de la période d'essai aujourd'hui. Je ne blâme pas le concept de la période d'essai. je comprends le concept et l'accepte sans problème.
Ce qui m'ennuie, c'est que j'ai été virée à cause de mes problèmes de santé.

Depuis plusieurs années, on me répète de ne pas dire que je suis en dépression car si je le dis, on ne va pas me prendre. Mais comment puis-je m'en sortir si je n'ai aps de ressources financières ? Il y a des aides, c'est vrai, mais elles sont loin d'être suffisantes. J'ai la chance d'avoir une famille en or, qui est prête à tout pour m'aider à m'en sortir. Mais j'ai conscience que ce n'est pas le cas de tout le monde.

Notre société (en tout cas en Occident), est basée sur le profit et la balance entre risques et bénéfices. C'est choupinou, ça peut fonctionner dans un monde où tout tourne rond.

Sauf que ce n'est pas le cas.

Les gens souffrent. Ce ne sont pas des machines. Enfin, on peut dire que ce sont des machines biologiques, mais c'est un autre débat.

Nous sommes humains. Nous avons un passé et des difficultés. Nous devons accepter d'être faibles, de ne pas être toujours à la hauteur. C'est même logique à mon sens.

Cependant, on nous répète qu'il faut être en forme, qu'il faut être en bonne santé.

Mais par où passe la bonne santé ? C'est bien simple : avoir les moyens de se soigner, d'être en forme. En France, nous avons encore la chance de bénéficier de la sécurité sociale (pour une partie d'entre nous du moins). Or, ce n'est pas le cas partout. Les types qui nous gouvernement, qui nous embauchent (pour la plupart), ne voient pas forcément la merde dans laquelle on est. Et si ils la voient, ils hésitent à prendre des risques en nous embauchant. Même si on est les meilleurs. Alors on se tait. On ne fait confiance à personne.

C'est mon cas.

Je suis en dépression depuis deux ans. Je n'ai pas de complexes à en parler autour de moi, je pense que c'est important que les gens sachent à quoi s'attendre avec moi.

Je suis une personne agréable mais j'ai des soucis (comme tout le monde). Le problème, c'est qu'on me répète depuis plusieurs années de ne pas en parler au travail. On m'a déjà reproché de parler de ma maladie (oui, la dépression est une maladie).

J'ai commencé un travail lundi. Vu la pression sociale que j'ai derrière moi pour trouver du travail, je me suis forcée à ne pas parler de ma dépression. Manque de bol, je suis tombée sur une boîte qui, apparemment, pouvait accepter ce genre de chose. Sauf que je me suis malencontreusement endormie lors d'une réunion.

Ce n'est pas quelque chose qu'on peut prévoir. J'avais bien dormi, je pensais que le problème était réglé. Il s'est avéré que non. Et on m'a virée pour ça.

La société est faite de telle manière qu'on ne peut pas faire confiance à nos supérieurs. Et c'est dommage.

Si on m'avait dit que quelque chose n'allait pas, j'aurais fait tout mon possible pour que ça ne se reproduise pas. J'en aurais parlé à mes supérieurs. J'aurais négocié avec eux pour qu'on trouve ensemble une solution.

Pour qu'on travaille ensemble.

Au lieu de quoi, alors que je pensais retourner travailler lundi, on m'a annoncé qu'on avait mis fin à ma période d'essai.

J'ai été choquée. Non pas parce qu'on m'avait virée (ça arrive), mais parce que personne n'a été capable de me dire que quelque chose n'allait pas et que je devais changer de comportement.
Si un client me voit m'endormir sur mon poste de travail, ça la fout mal. Je comprends ça, sans problème. Dans notre société, on doit être au top tout le temps.

Sauf qu'on est des humains. Et beaucoup de gens l'oublient. Personne n'est parfait, et faire confiance aux gens pour expliquer quelles sont nos difficultés est extrêmement difficile.

Je veux que la société change. Je veux que nous reconnaissions nos faiblesses et les acceptions, que ce soient les patrons, les salariés, et tout le monde autour. Je veux que nous travaillons tous ensemble pour bâtir une société meilleure et indulgente.

En attendant, Macron et tout ce qu'il représente mérite de crever au fond d'un caniveau. Je suis dans la merde. Des tas de gens sont dans la merde. Et c'est de votre faute. Salauds.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire