vendredi 10 février 2017

Terre grise



Mon coeur est mort,
Les éléphants l'ont piétiné.
Sur la route de la Mort,
Jeté, écrasé, éparpillé.

Il pleut des cendres et souffle du vide
Il fait sec et les plantes sont livides
Sur cette lande, tout est mort
Les rêves, les remords et même la mort

Le corps presque mort
Se traîne, blanc, livide,
Arraché à son gouffre, rigide

Volonté tombée en terre incolore
Chair dévorée par des vers,
Un corps devient poussière

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire