mercredi 14 octobre 2015

Le vomi du 22 septembre 2015

Note de l'auteur : voici un exemple de texte digne du vomitoire excrétoire. C'est un amalgame de mots, sans grand respect pour la plus humble classe ou la grammaire la plus élémentaire, formant une sorte de bouillasse infâme propre à révolter les esprits de bas-étage. Je laisse cela ici, dans l'espoir que quelqu'un achève ce pauvre petit chose à l'agonie.

Je ne suis rien. C'est ce que je me répète depuis que j'ai commencé à fréquenter N. Je ne sais pas pourquoi.Peut-être parce que je sens depuis le début qu'il ne ressens rien pour moi, que je ne suis rien pour lui. Je sais que c'est faux, qu'il m'aime bien et que ça l'emmerde, toute cette histoire.

De toutes façons, chaque fois que j'aime quelqu'un, le quelqu'un en question s'en fout. Mes sentiments, c'est du caca. Ils en veulent pas, ceux que j'ai aimé et désiré à fond. Je suis rien pour eux, j'ai jamais été quoi que ce soit. J'ai toujours du mal à accepter qu'on puisse m'aimer. Je sais pas pourquoi. C'est con. Je devrais même pas m'en occuper. Ça me ralentit. J'ai besoin d'avancer. Je suis là pour faire chier le monde, faire comprendre aux gens que les hommes et les femmes, c'est pareil. Pourquoi personne ne comprend ? Pourquoi les autres meufs veulent être des princesses ?

J'ai toujours été incomprise et j'ai toujours eu du mal à comprendre les autres.

Je me sens comme une merde.

Parce que je pense que c'est pas parce que t'es une fille que tu peux pas être forte.
Je comprends pas pourquoi je suis obsédée par ça depuis que je suis toute petite. Je me sens insultée par les princesses, insultée par les James Bond Girls et traînée dans la boue par les conservateurs et les cons qui n'ont pas compris que les nanas peuvent être mauvaises. Ça me saoule bordel !

La nature n'est ni bonne, ni mauvaise. Elle s'en fout, la nature. Elle bouge des atomes, associe des molécules, crée le vivant...Elle s'en fout de faire le bien ou le mal. Alors, homme ou femme…

Aucun de nous n'est destiné au bien ou au mal. C'est à chacun de choisir.
Putain.
Et personne ne comprend.

Vous me faites tous chier à pas comprendre. Je devrais peut-être vous exterminer, bande de cons. Comme ça, j'aurais peut-être la paix.


Je veux juste que mes pensées s'arrêtent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire